Actualités

« Baratin » – Finale du concours d’éloquence

Au FIL, en collaboration avec les centres socioculturels de l’Horizon, Monthieu Montplaisir, Cré’actifs, le service de prévention spécialisée Sauvegarde42 et le lycée Saint Michel.

« Le français se suffit-il à lui-même », « Vivre 1 jour comme un lion ou 100 jours comme un mouton », « Peut-on se faire entendre sans crier », « est-on jeune-vieux ou vieux-jeune ? » « Fast-food ou gastronomie »… voici quelques thèmes illustrant le premier concours d’éloquence de la Loire qui s’est déroulé ce vendredi 7 juin au FIL.

Une vingtaine de participants se sont « affrontés » tour à tour, seuls en scène défendant le pour ou le contre sur chacun des thèmes face à plus de 300 personnes.

Ce magnifique spectacle fait suite à une longue préparation tant du côté des équipes éducatives de prévention de Terrenoire et d’Andrezieux (qui travaillent sur ce projet depuis plus d’une année) que du côté de nos jeunes de la prévention qui n’ont pas démérité face à leurs « adversaires ».

Le jury de 8 personnes, dont notre vice-présidente, Mme Chaffois, a eu de grande difficulté à départager les concurrents.

Etre sur scène était déjà une victoire pour tous, certains ont dû surmonter leurs peurs, d’autres la barrière de la langue ou encore canaliser une énergie trop débordante.

Cette belle expérience collective, riche en émotion fera trace dans le parcours de chacun.

Actualités récentes

30 ANS de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant

vous invite le 25 novembre 2019 à 19h

à la Passerelle – Rue du 11 Novembre, Saint-Just-Saint-Rambert

Inscriptions obligatoires à 30anscide@sauvegarde42.fr

(ATTENTION nombre de places limitées)

Basé sur des faits réels – Léna, Malik et Cosmina ont la particularité d’avoir été tous les trois extraits de leur famille d’origine pour être placés en famille d’accueil et en foyer. Comment grandir au cœur d’une institution parfois ressentie comme indifférente ? Entre interrogations, colères, angoisses et joie, parfois, ils tentent de se construire. Mais à 18 ans, tout s’arrête : il faut partir. C’est l’heure de la sortie de l’Aide Sociale à l’Enfance et la dure entrée dans la « vie adulte ».

Mais être adulte, c’est quoi ?

Formation des référents «victimes d’évènements collectifs».

Aujourd’hui, mardi 17 septembre 2019, Jean-Charles GUILLET (Directeur du Pôle «Insertion Inclusion Justice») accompagné de Fatima BENCHIKHA (Coordinatrice du Service d’Aide aux Victimes) se trouvent au ministère de la justice, situé à Paris, pour la journée de la formation des référents «victimes d’évènements collectifs».

101 associations d’aide aux victimes participent à cette journée, soit 160 participants.

Cela s’inscrit dans la dynamique mise en place en interne de réserve de volontaires grâce à la formation «action de ses cadres» visant à améliorer la prise en charge des victimes dans notre département par Sauvegarde42 : Gestion de crise, anticipation de la crise en cas d’acte de terrorisme….